« Le Belge va avec tout »

Depuis mercredi passé, j’apparais aux yeux des personnes qui m’entourent comme un alien. Physiquement, rien ne transparait, aucune anomalie, aucune malformation. Et puis, j’émets un son. Léger, doux, sans extravagance. Mais suffisant pour être démasquée et pour créer un rehaussement subtil des sourcils de mon interlocuteur.

Cette semaine, j’étais une Belge à Paris. Une Belge qui a entendu sans arrêt des MolenBÈK, sans pouvoir hurler qu’on dit MolenBEEK.

Au Salon du Livre qui plus est, LE centre littéraire que même le Québec ultra avant-gardiste ne peut détrôner car le Paris de la littérature est bien (e)ncré depuis quelques siècles – rien que ça.

J’ai eu beau pincer un peu les lèvres, gommer mes « septante, nonante,  à tantôt », ajouter des « du coup » à toutes les phrases, effacer un air débonnaire qui pourrait sembler suspect : je n’ai pas pu me camoufler à la perfection. Deux réactions : celle, plus rare, de l’étonnement, comme si un orang-outang venait leur parler de livres, celle plus surprenante de l’exotisme qui modifie la routine. Dans les deux cas, notre belgitude est unique et… elle plait ! J’ai été émue de voir la petite étincelle que le mot Belgique a pu créer dans le regard des lecteurs français. Et les entendre directement associer bon temps, bonne bouffe, bons souvenirs m’a ravie au possible.

A contrario, notre maison (groupe Jourdan) étant distribuée au Canada, j’ai eu l’occasion de discuter longuement avec Sophie, responsable de la jeunesse pour le Québec, et la conclusion fut sans appel : qu’est-ce qu’il faut se battre parfois pour ne pas être snobés par les Parisiens (je dis bien Parisiens, nuance). Nous avons l’électricité depuis un bail, tout de même 😉

Et puis, un matin, à Paris justement (un air ambiant approprié pour le sujet), je tombe sur cet article, dans le ELLE France, écrit par Florence Tredez, journaliste, fana de musique mais aussi auteur de biographies (Brassens, Madonna ou Amy Winehouse). Je ne connais pas son histoire d’amour avec la Belgique, mais elle est intense.

image1

image2

Jugez par vous-mêmes ! (et décrivez-moi votre sensation après en commentaire <3)


 

(ELLE du 11 mars 2016).

Sois Belge et t’es toi !

De François Damiens à Charline Vanhoenacker, la Belgique fait sensation forte. Du rire, du cinéma, de la musique, enquête sur un plat pays qui nous plait bien !

Depuis plusieurs saisons déjà, le Belge est stylé, le Belge va avec tout. Pour l’humour, il est imbattable (Charline Vanhoenacker, sur France Inter, son complice Alex Vizorek, sur la même antenne et à la Pépinière Théâtre, ainsi que Nawell Madani en avril au Palais des Sports de Paris). En musique, il est incontournable (Stromae et ses millions d’albums et ses nouveaux venus dont tout le monde parle : Alice on the Roof, Kris Dane ou Hamza. Au cinéma, il est indispensable (Virginie Efira, François Damiens, Benoît Poelvoorde) et, dans le monde des livres, plus-que-rentable (Stéphane De Groodt et ses trois best-sellers). Sans compter l’art, la mode, la danse et la royauté. Disciplines où, on le sait, le Belge excellait déjà.

Aussi rassembleur qu’un dj, aussi pointu qu’un hipster, le Belge est le nouveau cool. « Draguer avec un accent belge subtilement dosé marche fort sur les Champs-Élysées », assure même l’humoriste Walter, né à Charleroi. On avoue qu’on n’a pas vérifié, mais l’indice de popularité du natif d’outre-Quiévrain est si haut que des voix s’élèvent pour dénoncer un certain favoritisme. »Je déclarerai la guerre aux Belges. Je les adore, mais leur capital sympathie est trop élevé », plaisante – à moitié – l’actrice Judith Chemla dans Le Dictateur, la rubrique du magazine « Stylist » (26 février 2016). Quant au Belge lui-même, toujours prêt à activer son sens inné de l’auto-dérision, il ne se fait guère d’illusions sur la nature de ses nouveaux privilèges. « Nous, les Belges qui travaillons en France, on a vite compris qu’on nous passait tout, avoue Walter. On peut dire n’importe quoi, les Français nous trouvent toujours incroyables, sous prétexte qu’on est belges. En clair, les préjugés sont toujours là : ce ne sont plus nos amie les bêtes, mais nos amis les Belges. Mais il ne faut pas se reposer sur nos lauriers. Sinon, les Suisses ou les Luxembourgeois nous piqueront vite la place ! »

Au-delà du talent, certain, de ces artistes, de quoi cet engouement pour une supposée belgitude est-il le nom? Déstabilisés par la crise, les Français sont peut-être désormais bien obligés de se remettre en question. D’accepter aussi que ceux, dont ils se moquaient il y a une trentaine d’années – avec le succès des blagues de Coluche, aussi légères que la tarte liégeoise au riz -, fassent souffler un vent de folie surréaliste sur la France. Car le Belge a, de toute évidence, une longueur d’avance. Lui, c’est un peu nous en mieux. Ou nous dans dix ans. Plus européen, moins nombriliste, moins agrippé à ses frontières (le pays est tellement petit qu’il est bien obligé d’aller voir ailleurs), plus ouvert d’esprit, moins dans le jugement, plus 2016 en somme. « À Bruxelles, il y a des prostituées dans des maisons closes, des bistrots où on peut manger 24 heures sur 24, rappelle le chanteur Arno, qui a sorti un nouvel album. Les étrangers trouvent ça bizarre, mais pas nous. D’ailleurs, Bruxelles a toujours été le refuge des intellectuels et des artistes, comme Victor Hugo, Arthur Rimbaud, Albert Einstein ou Karl Marx qui ont tous séjourné là-bas. » Bohème et rock’n’roll, le Belge? Oui, si l’on en croit « Belgica », le nouveau film de Félix Van Groeningen, un récit plein d’alcool, de sexe, de drogue et de musique, qui paraît presque exotique et décalé face aux sages productions françaises.

Le secret du Belge, c’est peut-être aussi qu’il n’envahit pas notre précieux territoire et ne menace en rien notre sacro-sainte identité française. Le pays des Lumières, des droits de l’homme, de l’accent circonflexe? Pas fou, le Belge nous le laisse. Il préfère vanter le bonheur plus tranquille de son plat pays. Il ne revendique même pas sa belgitude, un terme qui le laisse songeur. « Dans ma famille, il y a des Français, des Anglais, des Flamands, explique Arno. La Belgique, c’est un pot-au-feu. Être belge, je ne vois pas trop ce que c’est. » Très peu rongé par une névrose identitaire ni vraiment soucieux d’apposer un « sois belge et t’es toi » au fronton des monuments, il a parfois le sentiment de venir d’un pays qui n’existe pas. « Un ministère de l’Identité serait impensable en Belgique, assure le philosophe belge Pascal Chabot. Chez nous, il y a quelque chose d’hybride, de profondément multiculturel. Le rapport au patrimoine est aussi très différent. La Belgique n’a été créée qu’en 1830. Le poids de l’histoire est moins lourd, le culte des grands écrivains ou des grands artistes, moins écrasant. La Belgique est un laboratoire où les artistes ont une grande liberté d’expérimentation. C’est un terrain de création pour de nouvelles formes d’expression. » D’où ces insolites et originaux pas de côté qui nous font tant apprécier l’univers métissé de Stromae ou l’esprit de non-sens de Stéphane De Groodt. S’il ne la ramène pas, c’est que le manque d’ego est une seconde nature chez lui. « On n’a pas de star-système et on n’a pas peur de l’échec car les médias, chez nous, sont tellement peu nombreux que rater passer à peu près inaperçu », explique le Belge francophone, qui connaît sa culture française sur le bout des doigts sans être flagorneur envers la France pour autant. Une distance pleine d’irrévérence qui nous plaît chez lui. De Philippe Geluck à Charline Vanhoenacker, il ne se prive pas de railler nos travers : connivence des médias avec les politique, bévues du gouvernement, montée de l’extrême droite, tout y passe. Et avec un esprit qui nous étonne et nous enchante. Pas sûr qu’un humoriste français aurait osé imaginer, comme Charline Vanhoenacker, la délirante et hilarante rencontre de la Vierge Marie et du prophète Mahomet…

« Depuis les attentats, je trouve que les Français, qui se moquaient autrefois des Américains, sont dans une phase ascendante de politiquement correct, remarque Walter. On ne peut plus rien dire. À la télé, les journalistes emploient des circonvolutions verbales très compliquées pour éviter de prononcer le mot « musulman » lorsqu’ils parlent d’un État islamique. En Belgique, on serait plus du genre à se tromper, à dire « État musulmique » et à en rire, sans gêne. » De là à conclure que l’humoriste belge est plus mordant… Ou qu’il nous sert de caution politiquement incorrecte pour éviter de nous mouiller? « Le Belge possède une belle impertinence, assure l’écrivain Jean-Baptiste Baronian, il peut faire un parfait alibi et un repoussoir en même temps. » Il partage aussi un peu de nos peurs, comme en témoigne la triste notoriété du quartier de Molenbeek, pourtant loin d’être une plaque tournante du terrorisme. Reste que l’humoriste belge, contrairement aux nôtres, n’est jamais méchant. « C’est toute la différence entre l’ironie et l’humour, rappelle Pascal Chabot. Il n’y a pas beaucoup d’ironie dans la culture belge. L’ironie est condescendante, l’humour est plus démocrate. » Insolent mais démocrate, star mais humble, proche de nous et à la fois profondément différent, belge is décidément beautiful. Et si la Belgique vient de relever ses frontières, nous ne sommes pas près, nous, de lui fermer nos coeurs.

 

 

IMG_7190

Des Belges à Paris, Louise, Alex Vizorek, Alain Jourdan, Aurielle Marlier.

Publicités

La guerre des bagels.

En arrivant à Montréal, tu n’as pas le choix. Tu te dois de goûter aux bagels et d’aimer ça. Cependant, tu dois choisir ton camp : ceux de Fairmount sur Fairmount ou ceux de Saint Viateur sur Saint Viateur, rue parallèle à la première, toutes deux situées dans le quartier hype du Mile End.

Je dois avouer être tombée en amour avec ceux de Saint Viateur. Toutefois, mon conseil est de goûter aux deux et de se faire sa propre opinion. En réalité, c’est juste l’occasion d’en manger deux fois plus…

FullSizeRender (12)


 

Plus que bien noté Maud, je goûterai les deux fin juillet dans ce cas ! J’ai d’ailleurs fait un savant calcul : il faut 9 min à pied à allure lente (3km/h) car en plein lèche-vitrine entre le Fairmout bagel et le Saint Viateur bagel. Selon un site dont je n’ai absolument pas vérifié la crédibilité (mais il était joli, oups), je perdrais 26 calories pour le trajet de 700m. Un bagel, en moyenne, vaut 350 calories. Si je veux avoir perdu le premier avant de goûter celui de la concurrence, je vais devoir faire 13 fois l’aller-retour entre les deux. Conclusion : j’espère qu’il n’y a pas trop de magasins trop bien entre sinon c’est mon portefeuille qui ne me remerciera pas. Mes fesses par contre…

Envoie-nous des photos des bagels les plus originaux que tu croises ! À Bruxelles, il y en a des fameux rue du Marché au Charbon, « Chez Rachel ». Et je viens de lire que la nouvelle mode, ce sont les bagels colorés, genre ça :

Bagels colorés

 

Qui tentera l’affaire?

Hello Vietnam.

Anne-so !

J’ai reçu ceci dans ma boîte aux lettres :

 

IMG_7028

 

 

 

 

MERCI ❤

Parle-nous du Vietnam. Parle-nous de ta vie d’expat’ en mouvement pendant ces mois passés loin de nous. ON VEUT SAVOIR.

Louise

 

« Une année en Australie »

Hello les Belges qui ont la bougeotte !

Ce week-end, à Namur Expo, a lieu le premier Salon du Globe-Trotteur en Wallonie :  http://www.globe-trotteur.be/

Et qui est mise à l’honneur? Notre Sophie ! Avec son livre « Une année en Australie », paru aux éditions La Boîte à Pandore (moi, impliquée? Nooooon.).

 

Un livre empreint d’un sentiment de liberté intense, une bulle d’oxygène indéniable. Ce qui m’a frappée avant tout est le regard de Sophie sur son voyage de plus de 10 mois sur ce continent encore bien sauvage : rien n’est exagéré et notre aventurière n’hésite pas à évoquer aussi les moments de solitude, le manque affectif des amis, de la famille qui se trouvent à des milliers de kilomètres,  a difficulté de la confrontation avec une culture différente, l’inconfort. Mais aussi cette routine qui explose en mille morceaux : des nouvelles têtes, des rencontres improbables, des jobs originaux, l’inconnu au bout du chemin.

De road trip en petits boulots dans les fermes et dans les bars, Sophie raconte au jour le jour cette vie atypique, sans planning ni préparation, avec juste un sac sur le dos et la route qui défile devant elle, seul guide.

 

Sophie donne une conférence à 17h aujourd’hui et demain à 15h. Je ne peux malheureusement pas m’y rendre 😦 ALLEZ-Y !

 

 

Coucou ma jolie.

Arachnofobe s’abstenir (je mets la photo bien bas, il est donc encore temps de faire demi-tour).

Cyrielle, qui est bioingénieur, a vécu pendant trois mois à Santa Cruz, en Californie, dans le cadre d’un projet de volontariat au sein de l’organisation ACE (American Conservation Experience :  http://www.usaconservation.org/). Allez faire un tour sur le site, c’est assez impressionnant !

L’ACE recrute et forme des bénévoles pour des projets de restauration de l’environnement dans des parcs, forêts, refuges pour la faune aux USA, essentiellement pour les jeunes (18-25 ans) qui se destinent à des métiers liés à l’environnement.

C’est donc dans le Ventana, une région sauvage située le long de la côte californienne, que Cyrielle a rencontré…

Toujours là? Waw les courageux.

 

 

 

 

 

 

 

Encore? Une belle bande de téméraires, mon chapeau bien bas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…tadaaaaaaam ! Mais oui, même moi je n’ai pas eu si peur (à peine).

Elle est mignonnette hein?

IMG_43372215030686

Cette grosse bêbête est probablement une mygale, me dit Cyrielle, ou du moins quelque chose qui y ressemble fortement, rencontrée sur un sentier de randonnée.

Sur le moment,  Cyrielle n’a pas du tout été effrayée de mettre sa main à côté tellement elle marchait lentement… Mais on lui a appris que les mygales terrestres marchent lentement pour économiser leurs forces, mais une fois une cible en vue, elles peuvent sprinter pour l’atteindre.

Si j’avais su, jamais je ne me serais risquée à l’approcher !

Sans blague Cyrielle, et déjà mettre sa main juste à côté, gloups.

 

 

 

 

 

Attention, ça coupe !

Petite devinette… À quoi cet objet pourrait-il bien servir?

IMG_20160216_120243

Trouvé?

*

*

*

*

*

Toujours pas?

Maud nous explique :

Au cours de ces premiers mois d’immigration, je travaille dans un café et quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis trouvée pour la première fois face à cet objet de mon quotidien montréalais : la trancheuse à bagel.

Tu soulèves la lame métallique, tu places ton bagel dans le support en plastique et ensuite tu enfonces la lame. That’s it ! En une coupe de secondes, un bagel parfaitement tranché, prêt à être toasté et englouti avec du cream cheese, please!

 

La sloche de Montréal.

 

IMG_20160225_225207

Icitte au Québec, il neige beaucoup. C’est beau… Enfin, c’est beau quand il neige et ça reste beau quand il continue de geler. Mais lorsque la température remonte, les voitures et les passants empruntent les routes et les trottoirs, ça devient vraiment moins beau. La neige fond et la sloche fait son apparition. Les patinoires-trottoirs se transforment en lacs, les rues en ruisseaux. Ça fait que tu troques tes Sorel pour des bottes en caoutchouc et que tu as le droit de jurer (plus encore que quand tu peinais à avancer dans les tas de neige et/ou glissais sur la glace). Asti de sloche !

Maud, Montréal.